Marjolaine Djoukwe – Le Poivre de Penja
En Vaucluse #03

Bonus épicé cette fois entre Cameroun et Vaucluse avec l’entreprise Elie & Marjolaine, créée par Marjolaine Djoukwe, importatrice du poivre de Penja en Provence. Elle explique dans cet épisode comment ce projet d’importance lui permet de lier ses deux territoires.

Bonne écoute !

Elie et Marjolaine – https://www.elieetmarjolaine.com –  elie.marjolaine@gmail.com

Facebook Instagram 

Propos recueillis par Marie-Cécile Drécourt


Pour partager cet article sur Pinterest, utilisez le visuel ci-dessous :

Rencontre avec Marjolaine Djoukwe, créatrice de la marque d'importation d'épices : Elie et Marojolaine

Pour les malentendants, une version sous-titrée est disponible sur la chaîne Youtube Esperluette Podcast

Ou vous pouvez lire l’interview de Marjolaine Djoukwe en intégralité ci-dessous : 

d’un petit coup de pouce pour se lancer. C’est pourquoi, entre chaque rencontre de porteur de projet et portrait d’artiste, je vais publier sur Esperluette, ces petits bonus plus courts, qui vous font découvrir ou redécouvrir, en quelques minutes, un nouveau lieu, un nouveau concept installé dans le Vaucluse. Cette fois, c’est une interview épicée que je vous propose, entre Cameroun et Vaucluse, avec l’entreprise Élie et Marjolaine importatrice du poivre de Penja en Provence. Bonne écoute ! « 

Marjolaine Djoukwe : « Je m’appelle Marjolaine Djoukwe, créatrice d’Élie et Marjolaine, importatrice de poivre du Penja. Le poivre de Penja c’est une épice qui à la base est une liane qui poussait sur les terres asiatiques, qui a été importé au Cameroun par Antoine Decré dans les années 1900 parce qu’il avait trouvé que le terroir camerounais sur les terres volcaniques avait plus de complexité aromatique pour cette liane-là donc il l’a importée là-bas dans les années 1900. Et c’était sur les terres familiales, donc on a eu une petite propriété de plantation de poivre. Et après le décès de papa, je suis arrivée en France, j’ai fait plusieurs boulots. Et après, j’ai vu comme un appel de retour à la terre et je me suis dit bon ben il y a quelque chose qui me plairait bien, c’est de valoriser cette épice-là qui est le trésor de ma terre en le partageant avec ma terre d’adoption qui était la France et la Provence.

Les particularités de ce poivre c’est ses arômes. Il dégage beaucoup de complexité aromatique, il a des notes très très savoureuses, boisées, mentolées que d’autres poivres ne dégagent pas. C’est un poivre  qui, dans une préparation va développer toute la saveur aromatique du plat. C’est pourquoi il a assez prisé aujourd’hui par les grands chefs. On peut l’accorder avec tout.

Nous-même on l’a travaillé sur du chocolat, on l’a accordé avec du miel : Donc, on fait du miel de lavande, miel de fleurs, mais c’est pas un miel comme les autres, c’est vraiment un miel qui va être sélectionné pour son accord parfait avec le poivre. On l’a aussi accordé avec du vin. Donc, on a trouvé un vin bio qui était dans une particularité, il était dépourvu de minéraux.

Ce vin-là s’adaptait à ce poivre-là et pour le trouver donc j’ai un sommelier et un négociant très très pointilleux qui vont aller en amont dans les domaines, déguster, rechercher la fraîcheur, la finesse pour trouver le vin qui s’accorde avec le poivre de Penja. La démarche de Élie et Marjolaine et d’ailleurs du poivre de Penja c’est que le poivre de Penja est un produit qui est rare.

Aujourd’hui, si quelqu’un arrive à dire qu’il exporte des tonnes de poids de Penja, ce n’est vrai. De toute façon, c’est une petite communauté qui a reçu en 2013 une IGP, pour sa rareté parce que c’est le poivre le plus rare, on ne le cultive pas. extensivement, c’est des petites productions et moi j’ai mes petites terres donc quand ma production elle arrive à maturité, je la traite, toujours avec les méthodes ancestrales. Ce qui fait que ce poivre a cette valeur-là à mes yeux c’est qu’il est trié graine par graine à la main. Elle est trempée dans de l’eau de source du sol volcanique ruisselée comme on le faisait avec mes grands-mères, donc c’est vraiment lavé dans un pagne,  la petite graine qui est triée comme si on cherchait un trésor d’or. Et lorsqu’elle est séchée et ben c’est tout ça qui ramène toutes ces qualités à ce poivre. L’engagement c’est parce qu’aujourd’hui j’ai besoin que ces producteurs soient valorisés. Aujourd’hui, on rencontre beaucoup de gens qui voyagent, qui vont en Afrique, qui achètent des produits sans leur juste valeur, vraiment pas au prix juste alors qu’ils les vendent une fortune à l’étranger, parce que c’est un poivre aujourd’hui qui a de la côte. Mais moi ce que j’ai voulu c’est que ces producteurs vivent de leur labeur.

Avec ma petite production j’ai collecté quelques producteurs aussi à côté de mon champs pour qu’on puisse former une coopérative plus tard. Déjà je leur propose de me vendre leur récolte mais à des prix justes. C’est un petit trésor que l’on peut trouver dans le Vaucluse parce que je tiens vraiment à partager ça avec ma terre d’adoption qui est la Provence en premier et peut-être pourquoi pas élargir plus tard mais j’ai vraiment besoin que les gens de chez moi donc d’ici puissent le connaître et le partager avec les grands chefs de la région. J’ai des chefs qui sont ambassadeurs donc il y a Manuel Maury de la table gastronomique L’escampe. Il y a Justine Imbert la jeune Top Chef 2018 qui le prend aussi et qui le valorise très bien, elle travaille des accords mets et poivre de Penja dans son restaurant qui a ouvert l’année dernière, Au Jardin Des Carmes.

Et il y a aussi le chef Patrice Leroy de l’école hôtelière d’Avignon qui m’a beaucoup accompagnée pour valoriser cette épice. Donc il n’hésite pas à m’inviter, à présenter mon poivre à l’école pour que d’autres  chefs puissent le connaître, à me recommander à d’autres chefs. C’est un peu comme mon parrain, je vais dire ça comme ça,  il m’a vraiment ouvert beaucoup de portes en matière de la haute gastronomie.

Et je l’en remercie beaucoup. Si on a envie de trouver le poivre de Penja,  on peut aller sur www.elieetmarjolaine.com ou on peut le trouver aussi dans les points de dépôt  :

Il y a à l’épicerie Moga à L’Isle-sur-la-Sorgue, La cave divine aux Angles, le Confidentiel Nord Novotel et pas mal de petites épiceries aussi et je fais aussi des marchés. Donc j’ai commencé les petits marchés pour vraiment toucher tous les publics :

Le marché de Villeneuve-lès-Avignon, les petits marché de l’Isle sur la Sorgue ça et aussi sur internet. On peut nous suivre sur la page Facebook Elie et Marjolaine. Le poivre de Penja ça donne le sourire. C’est un poivre qui est plein de vertus, qui a beaucoup d’arômes, qui a une grande complexité aromatique. Tout simplement achetez et vous le découvrirez, c’est une graine de folie ! »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.